Participer au site : news photo video
avatar Se connecter
GAM

GAM


groupesToute l'association

La Gymnastique Artistique Masculine (GAM) est un sport qui se compose de 6 agrès différents : le saut de cheval, les barres parallèles, la barre fixe, les anneaux, les arçons et le sol.

Au sein des Trinitaires la GAM se pratique en loisir. C'est un choix des gymnastes de participer aux compétitions ou non sachant que ces dernières peuvent être individuelles ou en équipes.

 

 - Comment se passe une séance d'entrainement?

L’effectif étant assez faible dans le club, les garçons sont divisés en deux groupes (les poussins d’un côté et les Benjamins/Minimes/Cadets/Juniors/Séniors de l’autre). Encadrés par un entraineur, ils commencent par s'échauffer. Puis après une préparation physique ils évoluent sur les différents agrès. Chaque groupe possède deux entrainements par semaine, assurés soit par Séverine possédant le brevet d’Etat soit par Thierry Blaizeau, bénévole.

C'est par sa condition physique et son entrainement que le gymnaste va, au fil du temps, acquérir des bases essentielles et réaliser des acros de plus en plus compliquées. L'évolution est souvent due à une répétition assidue des enchainements. Il faut savoir que chez les gymnastes masculins l’évolution de la performance vient plus tard que chez les filles à cause du développement musculaire.

 

En Gymnastique Artistique Masculine, le gymnaste recherche  la technicité à la barre fixe et aux barres parallèles, l'équilibre aux arçons, la légèreté au sol, l'impulsion au saut de cheval et la force aux anneaux. Chacun de ces six agrès, tous plus difficiles les uns que les autres, exige le plus haut degré de perfection : le réglage et la coordination des mouvements doivent cohabiter en harmonie.

Cette pratique réunit à la fois des aptitudes corporelles comme la force, la coordination et la souplesse à travers des exercices parfaitement contrôlés et des aptitudes artistiques telles que la créativité, l’esthétisme et l’expressivité.

 

  • La table de saut : l’envol d’un oiseau

Chaque saut possède sa propre valeur en fonction de sa difficulté : la complexité du saut, l'envol, la tenue du corps et la réception. Les gymnastes doivent impérativement poser les deux mains sur la table de saut placée dans le sens de la piste d'élan.

Après une course d’élan de 25 mètres maximum, une impulsion explosive des deux pieds sur le tremplin ou le trampoline et un très bref appui des mains sur la table, le gymnaste réalise une figure acrobatique dans l'espace qui doit être suivie d'une réception sur tapis la plus stable possible et dans l’alignement de la table. Dynamisme, amplitude, puissance et précision dans les rotations caractérisent les différentes phases.

 

  • Les barres parallèles : dessus-dessous

Sur cet agrès composé de deux barres d’une longueur de 350 cm et espacées de 42 à 52 cm (réglable), le gymnaste doit alterner des phases d’élan, de suspension, de maintien et d’équilibre. Les exercices sont composés d’équerres, de bascules, d’équilibres en force, de lâchés de barres, de rotations, sans oublier la sortie qui doit être « pilée ».

 

  • La barre fixe : tourner, tourner et encore tourner

Les gymnastes sur cet agrès enchaînent les rotations qui doivent être limpides et continues. Le corps ne doit pas toucher la barre et les rotations peuvent se faire avec un ou deux bras. Le gymnaste, sans temps d'arrêt, évolue en avant, en arrière, au-dessus et au-dessous de la barre. Il alterne des phases d'appui et de suspension, des changements de face et de prises, et des grands tours; sans oublier la sortie qui est une combinaison de rotations avant, arrière ou longitudinales.

 

  • Le sol : un travail d’acrobate

On distingue cet exercice de celui des gymnastes féminines par le fait que les gymnastes masculins réalisent leurs mouvements sans accompagnement musical ni chorégraphie et que sa durée est plus courte.

L’ensemble du mouvement doit obligatoirement être composé d’éléments non acrobatiques (éléments de force, maintien et souplesse), d’éléments acrobatiques avant, arrière et latéral.

C’est un merveilleux cocktail de force, souplesse, équilibre où le gymnaste doit faire preuve de virtuosité, expression, maîtrise, rythme et vitesse.

 

  • Les arçons : l’équilibre et les rotations au rendez-vous

Le cheval d’arçon est l’agrès d’équilibre par excellence. Il s'agit pour le gymnaste d'enchaîner des séries de ciseaux et de cercles en appui sur les mains, sans perdre l'équilibre, ni chuter. Il est interdit de toucher le cheval avec une autre partie de son corps que ses mains et le mouvement doit être en déplacement sur les trois parties du cheval (le centre et les deux extrémités).

Cet agrès n’est pas périlleux mais il est difficile car le plan horizontal des éléments donc le manque de latitude rend difficile la récupération des erreurs.

 

  • Les anneaux : la force pas tranquille

Cet agrès est celui qui nécessite le plus de force. Il s’agit pour le gymnaste d’alterner des éléments de force comme la planche ou la croix de fer avec des phases d’élan. Le gymnaste doit présenter une série de mouvements et d'immobilisations, en alternant les éléments avant et arrière.

Cet exercice permet au gymnaste de démontrer sa force et son équilibre car durant son mouvement les anneaux doivent rester le plus stables possible, ce qui, compte tenu de leur liberté, nécessite une grande puissance. Tout balancement est source de pénalisation.

 

Recherche

Inscriptions

Saison 2017-2018

Les inscriptions en ligne sont Ouvertes

S'inscrire au club


PHOTOS

logoslogoslogos

RÉSULTATS

Aucun résultat à afficher.

Partenaires